LowTech

#LowTech : Des capteurs de brouillard pour produire de l’eau potable en plein désert

Grâce à des capteurs de brouillard, une solution LowTech qui capte l’humidité dans la brume, il est possible de produire de l’eau potable dans des zones où il ne pleut pas.

Au Pérou, près de 20 millions de personnes n’ont pas accès à l’eau potable, soit près de 40% de la population. A Tacna, au sud du Pérou, l’expansion de la ville a été trop rapide et les infrastructures de distribution d’eau n’ont pas pu s’adapter. Cette grande ville de 280 mille habitants située au nord du désert Atacama a un problème principal  : l’accès à l’eau potable.

La technologie des capteurs de brouillard s’est avérée être, pour ces populations, une alternative efficace à la livraison d’eau par camion.

Jusqu’à 10 000 litres d’eau par jour

L’association Creating Water Foundation a installé en 2014 des capteurs de brouillards à Tacna.

Un ensemble de capteurs sous forme de filets (fog net) ont ainsi été disposés pour capter l’humidité du brouillard pendant la nuit. L’eau collectée est utilisée pour boire mais surtout pour l’agriculture. En effet, un des objectifs de l’association est de promouvoir une activité agricole pour les populations locales. Ils peuvent ainsi produire localement des fruits et des légumes pour leur propre consommation.

Bien que très sceptiques au début, les résultats des premiers capteurs ont suscité l’étonnement et la curiosité des populations qui ont voulu en savoir plus. Après la médiatisation du projet à la télévision locale, l’engouement autour de l’innovation a fait se déplacer des étudiants et des curieux de différentes villes du pays, désireux de savoir comment déployer les capteurs de brouillard dans leur ville.

Creating Water Foundation a ensuite déployé 60 capteurs de brouillard à Lima, la capitale du Perou, avec et pour 500 familles. Les capteurs ont pu collecter jusqu’à 10 000 litres d’eau par jour comme on peut le voir dans cette autre vidéo.

Les capteurs de brouillard, comment ça marche ?

Le phénomène dont le concept tire avantage est le même qui crée la rosée du matin ou de la buée sur les vitres. En effet, l’air ambiant contient une part de vapeur d’eau. Lorsque cet air entre en contact avec une surface très froide, la vapeur d’eau contenue dans l’air peut passer de l’état gazeux à l’état liquide par le phénomène de « condensation ».

Cette rosée se crée facilement sur les surfaces planes et fines comme les feuilles. Les filets imitent ces feuilles et offrent une grande surface de captage pour recueillir le maximum d’eau. Les filets sont tenus en partie basse dans des rigoles qui recueillent l’eau. L’eau collectée est acheminée vers un réservoir d’où l’eau peut ensuite être utilisée.

Guide Capteur de brouillard - Creating Water Foundation
Extrait du Guide Capteur de brouillard – Creating Water Foundation

Un seul capteur de brouillard peut produire jusqu’à 400 litres d’eau par jour.

A LIRE AUSSI :  EduAir : accéder à des contenus numériques pour l'éducation en Afrique sans connexion internet

L’association Creating Water Foundation

L’association Creating Water Foundation qui porte le projet aide les communautés où l’accès à l’eau potable est problématique avec cette solution LowTech : simple, peu chère, réplicable et durable.

Le travail de l’association consiste à faire des études et recherches sur l’environnement pour déterminer les endroits propices pour installer le dispositif. Ensuite, ils fournissent le matériel et les outils puis forment les populations à la technologie des capteurs de brouillard. En effet, l’efficacité du capteur de brouillard dépend des conditions climatiques et des matériaux utilisés. Enfin, ils accompagnent les populations sur l’utilisation de l’eau recueillie pour l’agriculture et assurent la diffusion de cette technologie.

L’association a publié un guide gratuit pour créer un capteur de brouillard. Une initiative dans l’esprit de l’opensource à féliciter.

A l’instar de l’Eco-cooler, un climatiseur sans électricité, ce projet est la preuve que des solutions technologiques simples peuvent changer la vie des populations dans le monde. La technologie n’a pas besoin d’être numérique ou complexe pour être innovante et avoir de l’impact. Les Lowtech en l’occurrence permettent un maximum d’impact avec l’utilisation de peu de ressources, ce qui est très important pour une innovation durable et responsable.

On peut aussi noter que sa vulgarisation n’a pas été empêchée par la mise en place d’un brevet. D’autres acteurs ont ainsi mis en place des projets basés sur cette technologie dans divers pays du monde (Chili, Maroc, Éthiopie, Israël).  

Pour en savoir plus :

Tags

Amah

Passionné de nouvelles technologies, je partage ici des innovations technologiques qui impactent notre quotidien, ainsi que des astuces & outils pour simplifier notre vie à l'ère du numérique. Tech addict & casual dev | Interested by Technology, Energy & Africa

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer