Innovation

Hövding, le casque vélo « airbag » qui ne se porte pas sur la tête

Comme un airbag pour cycliste, le casque vélo créé par Hövding se porte autour du cou pour allier liberté de mouvement et sécurité.

Le vélo est un moyen de déplacement en forte expansion. Déjà largement adopté dans plusieurs villes, son utilisation pose des problèmes de sécurité. En effet, en cas d’accident ou d’accrochage, le cycliste est directement exposé physiquement. Parmi les innovations pour la sécurité des cyclistes, j’avais déjà parlé de EcoHelmet, le casque en carton recyclable.

En écrivant mon article sur les technologies spatiales et leur applications grand public, j’ai découvert ce casque vélo inspiré du système airbag. Conçu par la société suédoise Hövding, ce casque vélo pas comme les autres se porte autour du cou [1].

Comment ça marche ? 

Le casque Hövding est équipé de capteurs. Il enregistre les mouvements du cycliste 200 fois par secondes. Des milliers de tests ont été réalisés pour enregistrer les mouvements de cyclistes en cas d’accidents. Des données de situations normales de déplacement à vélo sont également collectées pour alimenter un système de détection d’accident.

Basé sur des algorithmes d’intelligence artificielle, ce système permet d’identifier un mouvement anormal lié ou non à un accident de façon précise. Il serait en effet dommage de déclencher le système lorsque qu’on passe sur une aspérité de la route par exemple. En cas d’accident détecté, l’airbag se gonfle en moins de 0,1 seconde.

Démonstration dans la vidéo ci-dessous.

De par sa couverture de toute la tête jusqu’au cou, la protection est estimée 8 fois supérieure à un casque vélo classique. De plus, le cycliste est libre des mouvements de la tête : fini le frottement de la bride du casque sous le menton quand on regarde à gauche ou à droite ^^. Le poids annoncé de 800 grammes semble confortable pour la plupart des utilisateurs [2].

A LIRE AUSSI :  La smartcity peut-elle changer le cours de nos vies ? Définition et enjeux

Un casque vélo connecté

Le casque vélo embarque la technologie Hövding. En plus de détecter les mouvements et se déclencher en cas d’accidents, il se connecte à une application mobile en Bluetooth.

Loin de faire « gadget » , cet aspect connecté permet de :

  • notifier en cas d’accident, les personnes à contacter en cas d’urgence (contacts ICE dans le smartphone),
  • fédérer une communauté de cyclistes,
  • consulter les données sur les trajets effectués, notamment les émissions de CO2 évitées,
  • recevoir des notifications sur le niveau de charge du casque.

Parce que, effectivement, le casque intègre une batterie. Celle-ci dure 14 à 16 heures en utilisation pour une recharge complète en 2 heures. Le système de détection s’active en clipsant le bouton de fermeture comme on le voit à la fin de la vidéo au paragraphe précédent.

Recharge USB du casque vélo Hövding

Vendu à partir de 299€, le casque vélo de Hövding et ses différentes déclinaisons sont accessibles sur le site de la marque.

Depuis l’idée en 2005 dans le cadre d’une thèse, plus de 230 000 unités ont été vendues dans plus de 15 pays. Ce casque vélo « airbag » connecté a ainsi protégé plus de 5000 cyclistes lors d’accidents.

Une innovation qui sauve donc des vies, et avec style  !


Liens et ressources cités dans l’article :

Tags

Amah

Passionné de nouvelles technologies, je partage ici des innovations technologiques qui impactent notre quotidien, ainsi que des astuces & outils pour simplifier notre vie à l'ère du numérique. Tech addict & casual dev | Interested by Technology, Energy & Africa

Articles similaires

2 commentaires

  1. Au Danemark, on commence a en voir de plus en plus. Au début, le système était trop sensible, et donc se déclanchait dès qu’il y avait une grosse bosse, ou un mouvement brusque. Et comme ce sont des casques à usage unique une fois que l’air bag a été gonflé, ce n’était pas très pratique et surtour couteux.
    Je ne suis pas encore prête à en avoir un, mais je suis les progrès de ces derniers 😉
    Merci pour cet article instructif!

    1. C’est avec plaisir, Aude. Merci pour ce retour.
      Effectivement, les systèmes intégrant une « intelligence » ont besoin d’un temps d’apprentissage avant d’être pleinement efficace.
      Je suis preneur d’un retour d’expérience si vous en acquérez un 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer