Le potentiel de la technologie Blockchain appliqué au secteur de l’énergie

Le potentiel de la technologie Blockchain appliqué au secteur de l’énergie

La Blockchain trouve des applications dans de nombreux secteurs. Dans le secteur de l’énergie, elle pourrait simplifier et accélérer la mutualisation et/ou le partage de l’énergie.

La blockchain, une technologie prometteuse

La Blockchain est une nouvelle technologie de stockage de l’information. Les données sont actuellement stockées dans des bases de données, gérées par des tiers, appelés tiers de confiance (la banque par exemple, ou un site marchand, les impôts, etc).

Imaginez maintenant que vos données ne sont plus logées dans des bases de données, mais dans une chaîne de données. Les données sont rentrées au fur et à mesure dans cette chaîne, et sont réputées infalsifiables. En effet, les données s’enregistrent les unes après les autres sur la chaîne et chaque nouvelle donnée représente un nouveau maillon de la chaîne. Ainsi, pour modifier ou falsifier les données d’un maillon, il faut défaire tous les maillons qui se sont enchaînés à sa suite, ce qui est théoriquement trop complexe !

Ce caractère infaillible de la blockchain a suscité d’abord l’engouement du secteur financier, permettant l’essor de la monnaie bitcoin. D’autres chaînes ont ensuite été créées, dont la Blockchain Ethereum, qui a été conçue pour d’autres applicatifs, et notamment dans le secteur de l’énergie.

Blockchain + Energie = MicroGrid autonome

La Blockchain remplacerait l’enregistrement informatique des relevés de compteur et permettrait une facturation sans erreur possible. Mais qui enregistrerait les données sur la blockchain ? C’est là qu’entre en jeu les « smart contracts ». Ces « contrats intelligents » sont des programmes informatiques autonomes de gestion des transactions, en l’espèce les transactions de fourniture d’énergie.

A LIRE AUSSI :  Rool'in : Votre vélo devient électrique grâce à une roue électrique amovible

Les avantages de ces technologies sont évidemment financiers, puisque tout sera géré via la blockchain et les « smart contracts », avec, à la clé, des économies de coûts d’exploitation.

Côté consommateur, ce système permettrait dans l’avenir de décentraliser la gestion de l’énergie, par exemple au niveau d’un quartier (appelé microgrid). Concrètement, les habitants du quartier produisant de l’énergie pourront la vendre ou l’échanger avec les autres consomm’acteurs, l’objectif étant l’autoconsommation du quartier.

L’avantage de cette technologie est également de pouvoir tracer la provenance de l’énergie. Ainsi, il est possible de savoir et certifier si l’énergie est « verte », pour consommer l’énergie de manière plus locale, et même de cibler les bâtiments les plus énergivores !

Une technologie déjà expérimentée

Plusieurs microgrids ont déjà vu le jour, notamment aux Etats-Unis, dont 103 pour le seul Etat de New-York. En France, Lyon est la capitale européenne des micro-grids grâce à son éco-quartier Confluence ! Les données énergétiques y sont traitées en permanence par un « cerveau central », qui ajuste l’utilisation de l’énergie produite (et de l’électricité stockée) en fonction des espaces qui en ont le plus besoin.

Quelques exemples de projets utilisant la blockchain pour l’énergie :

Ces projets, initialement des projets pilotes, ont fait leurs preuves. Ils ont ainsi montré la pertinence de l’utilisation de la blockchain dans le secteur de l’énergie.

En connaissez-vous d’autres?

AmahPassionné de nouvelles technologies, je partage ici des innovations technologiques qui impactent notre quotidien, ainsi que des astuces & outils pour simplifier notre vie à l'ère du numérique. Tech addict & casual dev | Interested by Technology, Energy & Africa

View all posts by Amah

Vous avez trouvé cet article utile? Partagez le !

Leave a Reply

Petit défi pour filtrer les messages automatiques : * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.