Edito

Et si en 2020, nous adoptions un usage tech eco-responsable ?

Pour commencer 2020, adopter un usage tech eco-responsable semble être une bonne résolution. On essaie ?

Il est difficile, voire impossible, aujourd’hui de se passer de l’informatique ou des appareils électroniques : mails, smartphone, ordinateur portable, télévision, internet. La digitalisation, certes bénéfique à bien des égards, a toutefois un impact écologique non négligeable. En effet, de nombreux centres de données, des datacenters, permettent d’avoir accès 24h sur 24 à toutes ces ressources. Bien qu’il existe des datacenters écologiques, ce n’est pas le cas de la majorité.

Nos comportements ont un effet important sur l’impact de ces technologies numériques. Par exemple :

  • Les ressources consommées pour produire les appareils dépendent de notre fréquence d’achat ou renouvellement d’appareils électroniques.
  • L’autonomie d’un smartphone dépend de son utilisation avec l’écran actif. Nous consultons notre smartphone en moyenne 150 fois par jour, et parfois juste pour vérifier si on n’a pas eu de notifications.

Je prépare un guide avec 10 actions pour adopter un usage tech eco-responsable.

L’idée est de s’y mettre à plusieurs avec un plan d’action sur 10 semaines. Si cela vous intéresse, inscrivez-vous ci-dessous pour recevoir le guide dès qu’il est disponible et participer à l’aventure.

Inscription pour recevoir le guide
"10 actions pour un usage tech éco-responsable"

En attendant, je vous propose déjà 3 premières actions à découvrir ci-dessous pour commencer.

Comme vous le verrez, ce ne sont pas des choses compliquées, mais le faire à plusieurs, ça aide à rester constant et tenir sur la durée.

#1 : Réduire voire éliminer les mails non lus

Nous recevons chaque jour des mails personnels ou professionnels. A cela s’ajoutent les mails publicitaires, les newsletters (boutiques, blogs, entreprises) et bien sûr des spams. Sur tous ces mails, une grande partie n’est pas traitée par choix ou manque de temps, on filtre un peu en lisant les objets.

Le problème, c’est que pour rester dans notre boite mail, ces mails sont stockés et cela consomme de l’énergie. En effet, les centres de données ou datacenters évoqués précédemment fonctionnent 24h/24 et doivent être refroidis en permanence. De plus, la plupart des données sont dupliquées par sécurité dans d’autres datacenters.

On estime que chaque email stocké correspond à une émission de 10g de CO2 par an. Un trajet de 100km en voiture (environ 1h30 de route) représente à peu près 20 kg de CO2, ce qui correspond à 2000 mails stockés sur un an. 

Gros mea-culpa : je suis très mauvais sur ce sujet (d’où l’idée de ce guide d’ailleurs). Une de mes boites hotmail avec 15 000 mails non lus stockés génère chaque année l’impact de 750 km de trajet en voiture, soit un trajet Paris-Marseillle par an. Je compte sur vous donc pour vous inscrire et m’aider aussi à m’y mettre !

La startup Cleanfox , découverte récemment, aide à supprimer automatiquement une partie de ces mails.

Je vais le tester mais si vous l’avez déjà utilisé, je suis preneur de votre feedback.

A LIRE AUSSI :  #Technologie: le CCUHT (Courant Continu Ultra Haute Tension), révolution pour les énergies renouvelables?

# 2 : Améliorer l’autonomie de son smartphone

Le smartphone est l’accessoire inséparable de notre vie actuelle. Les constructeurs sont débordants d’innovations pour avoir 4-5 appareils photos, un écran courbe ou pliable, mais peu rivalisent sur l’autonomie de la batterie. Un smartphone avec une bonne autonomie est moins mise en charge. Avec moins de cycles de charges, sa batterie reste performante plus longtemps. Et vous le conservez plus longtemps.

Quelques actions toutes simples peuvent vous permettre d’améliorer l’autonomie de votre smartphone en faveur d’un usage tech eco-responsable :

– Couper les composants non utilisés : Wifi, GPS , Bluetooth.

Certains smartphones permettent même de paramétrer des plages horaires de certains composants. Par exemple, le Wifi s’active de 19h à minuit pour se connecter à la maison. Les centres de paramétrage disponibles sur les smartphones actuels en glissant depuis le haut de l’écran permettent d’activer et désactiver ces fonctions en un clic.

On peut ajouter également ici, les apps inutilisées ou qui tournent en arrière plan et consomment pour pas grand chose. Vous pouvez vous rendre dans les paramètres sur les applications qui sollicitent le plus la batterie sans les avoir lancées pour les repérer.

SONY (une marque dont je suis assez fan, je l’avoue ^^) propose sur ces smartphones un mode STAMINA. Ce mode propose de limiter le fonctionnement voire d’arrêter certaines fonctionnalités lorsque l’écran du téléphone est éteint après un certain temps. Seuls les appels, SMS et les apps de messagerie que vous sélectionnez, passent. Dès que vous accédez à nouveau au smartphone, tout se relance et s’actualise.

Assez efficace aussi, vous pouvez mettre votre smartphone en mode avion la nuit.

– Ajuster la luminosité de l’écran à la baisse

Une fois la luminosité baissée, il est également possible d’activer le mode automatique pour une adaptation à la luminosité ambiante. A part se faire mal aux yeux, une luminosité permanente à 100% ne sert souvent à autre chose qu’à vider la batterie plus vite. Si vous observez le détail des postes de consommation dans les paramètres de votre smartphone, l’écran est très souvent en top position. Personnellement, je mets toujours la luminosité au plus bas. Le mode automatique l’augmente dans les situations où cela est nécessaire.

– Passer moins de temps sur son smartphone.

Comme je le disais plus haut, nous consultons notre smartphone en moyenne 150 fois par jour. Parfois, juste pour « regarder l’heure » mais surtout vérifier s’il n’y a pas une notification sur un réseau social. Cela devient comme une addiction : difficile de passer une journée sans smartphone pour beaucoup.

Pour soigner cela en douceur, je vous recommande l’application TimeOut qui vous permettra de « surveiller votre addiction » . Concrètement, vous obtiendrez un bilan du temps passé sur votre smartphone par application avec la possibilité de définir un temps d’utilisation maximum de certaines applications.

Timeout : captures d'écran de l'application
Timeout : captures d’écran de l’application

# 3 : Optimiser l’usage des appareils électroniques

Il y a quelques années, je changeais de smartphone chaque année (toujours des Sony bien sûr). Tour à tour, j’ai eu de 2008 à 2017 un Sony Ericsson W580i puis les Xperia X10, Arc, Z, Z1, Z3 compact et XZ1 depuis 2017. Il n’y avait pas de smartphones à 1000e et les offres en changeant d’opérateur les rendaient abordables.

Quelques documentaires, dont notamment celui ci-dessous en 2016 sur le Fairphone, le premier smartphone éthique, ont participé à me faire prendre conscience de l’impact de mes choix et de la notion de tech eco-responsable.

Lancé en Septembre 2019, le Fairphone 3 (en test dans cet article) sera sûrement mon choix si je dois remplacer mon XZ1.

Après les smartphones, élargissons le champ des possibles à tous les appareils électroniques : appareil photo, micro-ondes, ordinateurs, appareil à raclette, imprimante, etc…

Trois axes sont à envisager :

  • Dans un premier temps, il faut essayer d’utiliser les appareils le plus longtemps possible. En cas de pannes, des « repair-café » commencent à voir le jour dans quelques villes. Ce sont des lieux où vous pouvez apporter vos appareils pour essayer de les faire réparer avant de les jeter. Vous trouverez des infos dans cet article sur que faire des appareils et déchets électroniques : réemploi, recyclage et réutilisation.
  • Dans un second temps, acheter d’occasion et revendre ce qui ne sert plus est une option intéressante pour limiter la quantité de nouveaux produits mis sur le marché. Nous avons tous des appareils fonctionnels rangés dans une cave ou un placard. Les mettre en vente sur une plateforme collaborative peut à la fois vous faire libérer de la place, faire un heureux qui fera vivre votre appareil et vous rapporter quelques euros au passage.
  • Enfin, il est possible de louer des appareils que vous allez utiliser ponctuellement. De nombreuses plateformes existent pour louer entre particuliers ou auprès de professionnels. Dans cet article, vous trouverez des exemples de plateformes collaboratives et de location.
A LIRE AUSSI :  FairPhone 2: le smartphone éthique, modulaire et durable

Voila pour ces trois premières actions pour aller vers un usage tech eco-responsable. Elles ont l’air très simples, mais c’est justement cela le piège. En avez-vous d’autres à partager à commentaires ?

N’oubliez pas de vous inscrire sur le formulaire en début d’article pour recevoir le guide avec les autres actions dès qu’il est disponible afin de mettre en place ces actions et se challenger tous ensemble !!

Pour finir, belle année 2020 !! Qu’elle soit enrichissante, innovante, inspirante et remplie de projets utilisant la technologie pour changer le monde et le rendre meilleur.

Tags

Amah

Passionné de nouvelles technologies, je partage ici des innovations technologiques qui impactent notre quotidien, ainsi que des astuces & outils pour simplifier notre vie à l'ère du numérique. Tech addict & casual dev | Interested by Technology, Energy & Africa

2 commentaires

  1. « chaque email stocké correspond à une émission de 10g de CO2 par an. 100km en voiture (environ 1h30 de route) représente à peu près 20 kg de CO2 »
    Attention à ne pas confondre kg de CO2 et kg de CO2 par an ! Le premier est émis une fois, le second est émis tous les ans.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Petit défi pour filtrer les messages automatiques : * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

 

Bouton retour en haut de la page
Fermer